Musliminthecity's Blog

14/04/2010

Musulmans de France, le pire est à venir…

Filed under: Société — musliminthecity @ 21 h 56 mi
Tags: , , , ,

Je ne suis ni joueur ni vaticinateur mais j’ai quelques raisons de croire qu’une fois de plus, les français vont redécouvrir qu’il y a des Musulmans en France : cela fait bientôt 2 semaines qu’aucune polémique impliquant des Musulmans n’a été lancée.

Comme avant chaque élection, l’Islam est instrumentalisé par les apprentis-sorciers et les prestidigitateurs qui, miracle de l’écran de fumée, parviennent à faire disparaitre des problèmes colossaux derrière le voile de l’Islam (facile). (more…)

26/12/2009

Propos judicieux d’Emmanuel Todd

Filed under: Société — musliminthecity @ 17 h 09 mi
Tags: , , ,

« On est dans le registre de l’habitude. Sarkozy a un comportement et un vocabulaire extrêmement brutaux vis-à-vis des gamins de banlieue ; il les avait utilisés durant la campagne présidentielle tandis qu’il exprimait son hostilité à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne dans un langage codé pour activer le sentiment antimusulman. Il pense que cela pourrait marcher à nouveau.

Je me demande même si la stratégie de confrontation avec les pays musulmans – comme en Afghanistan ou sur l’Iran – n’est pas pour lui un élément du jeu intérieur. Peut-être que les relations entre les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis, c’est déjà pour lui de la politique extérieure ? On peut se poser la question… »

Nicolas Sarkozy n’aime pas les Musulmans, qu’ils soient en France,  en Iran ou en Palestine. De là son soutien à la politique héritée de Bush et son parti-pris ouvertement pro-israëliens. Car au fond, la Palestiniens, ce sont un peu les jeunes de banlieue…

L’article complet, sur le site du Monde : http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/12/26/ce-que-sarkozy-propose-c-est-la-haine-de-l-autre_1285128_823448.html

29/11/2009

Les suisses se prononcent pour l’interdiction des minarets

Filed under: Société — musliminthecity @ 18 h 58 mi
Tags: , ,

Tel est donc le résultat de cette « votation »  (démarche on ne peut plus populiste). Il est tout de même étrange que des citoyens soient invités à se prononcer sur l’architecture des mosquées et non sur celle des églises ou d’autres édifices religieux.

Il est à noter que contrairement à ce que beaucoup affirment, il n’a jamais été question de lancer l’appel à la prière du haut des minarets.  Seulement d’autoriser la construction de minarets. La nuance est importante.

Les conséquences prévisibles? Exciter les masses et provoquer des réactions hostiles.

Durant la semaine précédent ce vote, la Mosquée de Genève a été vandalisée à deux reprises.  Les banquiers suisses et l’office du tourisme doivent sûrement être pris de bouffées de chaleur.

Cette consultation ressemble au débat sur l’identité nationale. Au fond, on peut discuter de tout, puisqu’il y a des gens pour en discuter.

Vox populi, vox Dei…

17/11/2009

Tariq et Caroline, un couple incertain…

Filed under: Société — musliminthecity @ 18 h 47 mi
Tags: , , , ,

En regardant le pugilat verbal hier soir à la TV, je n’ai pu m’empêcher de me poser la question suivante : Caroline est-elle amoureuse de Tariq ?

 

Je sais, vous devez rire sous cape ou à gorge déployée derrière votre écran mais laissez moi vous expliquer. Tariq Ramadan, c’est l’obsession permanente de Caroline Fourest. Elle parle constamment de lui, le cite même hors de propos, en a fait son centre d’intérêt et elle lui consacre même des livres. Il doit hanter son esprit le jour et la visiter dans ses cauchemars la nuit. Il y a forcément quelque chose. C’est vrai qu’il n’a pas été lésé par la beauté et il fait partie de ceux à qui les caméras font particulièrement justice. Et ce « Tariq Ramadan, regardez-moi dans les yeux… » Waouw ! Heureusement que l’émission n’est pas diffusée en prime time.

Mais j’ai ouï dire que Caroline, les hommes, ce n’était pas trop sa tasse de thé (en dehors de Tariq, bien évidemment) et que son cœur penchait plutôt du côté des femmes. Cela reste à vérifier. Mais il n’est pas improbable que cela ait un lien avec son obsession pour Tariq Ramadan et tout ce qu’il symbolise : le mâle, l’autorité, la virilité et un petit penchant dominateur caractéristique de l’homme musulman.Et en plus, il est idéologiquement peu suspect de sympathie «homosexuelle». A ce titre, il est donc tout naturellement un ennemi désigné de Caroline, comme le sont les « jeunes de banlieue », derniers porte-étendards de ce qu’il reste de masculin chez l’homme, pour les féministes.

Si Tariq n’était pas là, je me demande à quoi s’occuperait Caroline…

Pour revenir sur le « débat » en lui-même, annoncé d’entrée par le présentateur comme un remake du combat Muhammad Alî / Georges Forman au Congo, l’ordre des choses a été respecté. Et une fois de plus, on apprend que, comme le disait Schopenhauer, l’objectif de ce genre de joutes, ce n’est pas de faire triompher la vérité mais bel et bien de triompher de son adversaire. Et pour cela, toutes les ruses, tous les subterfuges, tous les moyens de rhétorique sont bons. De l’attaque ad-hominem à la calomnie (il en restera toujours quelque chose comme disait Beaumarchais) en passant par la prosopopée (faire parler les morts), rien n’est assez bas lorsqu’il s’agit d’asséner quelques coups bien placés.

Et après le combat, place aux interviews. France Info consacrait dix minutes ce matin au match du siècle. Bien évidemment, la station s’est bien gardée de demander l’avis de Tariq Ramdan sur ce débat, seul l’avis de Caroline Fourest semblait intéresser le journaliste. Qui n’a pas manqué de demander à notre « catcheuse » si elle avait le sentiment d’avoir triomphé de son adversaire. Mais Caroline a le triomphe modeste (si tant est qu’elle ait effectivement triomphé) et à l’auto-congratulation, a préféré expliquer qu’elle se sentait investie d’une « mission », celle de démasquer Tariq et d’exposer ce « gourou» qui « recrute chez les bac+3/bac+4, les cadres de l’Islamisme » (elle n’a pas précisé ce qu’il en était des bac+5 ni même des BEP de l’Islamisme).

Il suffit comme gloire à Tariq Ramadan d’avoir autant d’ennemis qui ne cherchent qu’à triompher de lui.

14/11/2009

Hijaab & Science

Filed under: Société — musliminthecity @ 20 h 00 mi
Tags: , , , ,

Lorsque la psychologue Susan Fiske et une équipe de chercheurs de l’Université de Princeton ont effectué un IRM du cerveau d’hommes hétérosexuels regardant une série d’images alternant hommes et femmes peu habillés et femmes complètement vêtus, ils constatèrent que les hommes avaient une réaction étrange.

Pour résumer, les parties du cerveau associées à l’utilisation d’objets, à la manipulation et l’action spontanée se trouvaient particulièrement activées lorsque ces messieurs contemplaient des filles peu vêtues.

«C‘est comme s’ils réfléchissaient immédiatement à la manière dont-ils pourraient agir avec ces corps » explique Fiske devant la rencontre annuelle de l’Association Américaine pour le Développement Scientifique. « Ils réagissent face à ces photographies comme réagissent les gens face aux objets. »

Fiske et son équipe ont aussi constaté que les hommes ayant les attitudes sexistes les plus hostiles avaient une activité réduite au niveau des zones du cerveau associées à la considération des sentiments des autres et de leurs idées. Cette observation a été faite alors que leurs étaient diffusées de photos de femmes en bikini.

L‘article met aussi en avant le lien entre visionnage de séquences pornographiques, sexisme, viols et harcèlement.

Mina Cikara, diplômée de Princeton et impliquée dans l’étude, ajoute que les hommes ne perçoivent pas leur femme ou leur soeur de la même manière qu’ils perçoivent les images pornographiques de femmes. Les hommes associent les images de femmes plus vêtues à des verbes à la troisième personne du singulier « elle pousse », « elle manie », « elle saisie » ce qui, d’après Fiske, implique que les femmes entièrement habillées sont vues comme étant plus maîtresses de leurs propres actions et non sujettes à la manipulation.

D‘après Fiske, les résultats de l’étude ont des implications importantes pour les femmes en particulier sur leur lieu de travail car il a été démontré que le visionnage d’images « sexuelles » mettant en scène des femmes peut influencer la manière dont les hommes perçoivent les femmes et se comportent avec elles.
Une étude sur le sexisme conduite Peter Glick, professeur à la Lawrence University a montré que les femmes qui s’habillaient de manière provocante sur leur lieu de travail étaient perçus par leurs collègues comme étant moins compétentes et moins intelligentes, en particulier lorsqu’elles ont une position hiérarchique élevée.

Selon le site DiversityJobs.com, l’étude de Glick suggère que « les femmes ayant une position hiérarchique élevée et des métiers de pouvoir doivent s’habiller plus modestement et de manière plus conservatrice pour gagner le respect de leurs collègues. »

L’article complet (en anglais)

Le dilemme des intellectuels Arabo-Musulmans

Filed under: Société — musliminthecity @ 17 h 24 mi
Tags: , , ,

Le monstre médiatique ne leur laisse que deux choix : être du côté du bien ou du coté du mal. Il n’y a guère de demi mesure. Prenons le cas de deux personnages médiatiques célèbres : Tariq Ramadan et Malek Chebel.

Le premier, sacré par la vox médiatique grand adepte du double discours et agent d’influence de l’internationale islamiste, a eu l »idée ô combien farfelue de vouloir porter à la télévision certains débats qui agitent la conscience des Musulmans. Mal en prit au malheureux frère de son frère (puisqu’il convient, à chaque fois que l’on évoque le cas Tareq Ramadan, de parler de son frère et même de son grand-père), ni deux ni trois, le voilà donc ostracisé comme jamais intellectuel ne le fut, son nom honni, son personnage frappé du sceau de l’infamie, le philosophe accusé de « consentement à l’horrible » et le nom « Ramadan » à jamais associé au déshonneur, à l’avanie et à l’obscurantisme.

L’homme est rapidement devenu une icône médiatique, des émissions, des articles, des livres, des conférences et même des colloques et des camps de vacances lui furent consacrés, chacun y allant de sa pierre pour « lapider » le monstre et le renvoyer à sa caverne d’obscurantiste hirsute. Son crime? Avoir été assez naïf pour croire que la visibilité médiatique lui permettrait d’avoir un débat serein sur certaines questions. S’être leurré pour avoir cru qu’il était possible, en France, de débattre des idées à l’heure ou la tendance impose qu’il faille d’abord débattre de ceux qui les portent.

L’infortune a épargné le second, Malek Chebel. Nul n’a songé à éplucher son arbre généalogique sur cinq générations pour débusquer un néo-Islamiste dans son ascendance, rien à charge contre son frère (si tant est qu’il en ait), casier judiciaire vierge, carnet de vaccination contre l’obscurantisme à jour, aucun faux pas. Un Musulman comme on les aime, un oiseau rare. Une sorte de « positif » du « négatif » de Tareq Ramadan. Le personnage fait d’autant plus les choux gras des médias que non content de s’astreindre à une relative neutralité dans la mêlée contre l’Islam, Malek Chebel y va toujours de son coup de pied pour achever la bête.

La stratégie semble payante puisqu’une des conditions sine qua non pour se voir ouvrir les portes des plateaux TV est de s’essuyer les pieds -sur l’Islam- à l’entrée. Et certains, comme Malek, sont très portés sur la propreté de leurs semelles.

J’ai cité le cas de Malek Chebel, mais il est loin d’être un cas isolé : Abdelwahab Meddeb, Chahdortt Djavan, Soheib Bencheikh, autant de personnages « interchangeables », appelés à s’exprimer sur des sujets que l’on présume connus d’eux mais surtout excellents lorsqu’il s’agit de servir la soupe aux tenants de l’idéologie dominante.

D’une manière générale, ce phénomène n’est pas propre aux débats sur l’Islam. Les « intellectuels  de circonstance », ceux que l’on sort du chapeau pour l’occasion, sont de plus en plus nombreux, quel que soit le sujet traité.

Erik Neveu décrit assez justement ce phénomène : « Un mécanisme de court-circuit s’est mis en place depuis les années soixante-dix : des producteurs faiblement ou nullement reconnus au sein des champs de production culturelle spécialisés en contournent les verdicts et les exigences pour accéder, par la reconnaissance des médias, à une consécration publique. »

Ainsi de fabriquent les « Islamologues », « Islamothérapeutes », « Experts en Islamisme » et autres opportunistes.

Atiq.

08/08/2009

Le Ramadan approche! Et le florilège de questions…

Filed under: Société — musliminthecity @ 15 h 32 mi
Tags: , , , , ,

Si comme moi vous travaillez « dans un bureau » (et pas sûr un bureau, hein…), vous devez être confrontés aux questions de vos collègues concernant l’étrangeté de votre culture ou vos pratiques religieuses pas piquées des bêtes.

Alors dans quelques jours, il va vous falloir expliquer à vos collègues médusés ce qu’est le Ramadan. « Quoi vous vous abstenez de manger du matin au soir??! Mais comment faites vous, moi je ne pourrais jamais! » Oui mais nous mangeons quand même en quantité suffisante pour ne pas avoir à souffrir famine. Et vos collègues de vous regarder avec une mine compatissante, comme si vous alliez vous priver de nourriture 30 jours consécutifs, sans avaler quoi que ce soit. Et si vous ne pouvez pas vous abstenir de manger pendant 12 heures, pensez donc un peu à ce qui ne trouvent rien à se mettre sous la dent pendant plusieurs jours!

« Mais pourquoi faites vous ça?  Vous êtes obligés? » Non cher collègue, personne ne nous y force, nous nous y astreignons volontairement. Reste à expliquer le pourquoi de la chose, entreprise qui n’est pas des plus aisées. Oui, c’est pour se purifier, pour renforcer sa foi, pour nous éprouver aussi un peu. Mais comment expliquer des concepts spirituels à des collègues essentiellement profanes? La tâche est ardue, il faut s’armer de patience et de pédagogie.

« Et vous ne pouvez même pas boire une gorgée ou manger un tout petit peu? » Non vous dis-je!

Ha oui j’oubliais : nous nous abstenons aussi de relations sexuelles entre le lever et le coucher du soleil. « Hooo les coquins! Vous vous rattrapez le soir, hein » disent-ils tous fiers.

Puis vient l’heure du déjeuner et le défilé de personnes qui – o hasard! vous invitent à aller manger et à qui il faut expliquer et rabâcher la même chose, expliquer le pourquoi du comment.

Ah mon Dieu, je ne sais pas ce qui est plus dur, jeûner pendant un mois ou expliquer le jeûne en 5 minutes à ses collègues.

Le musliminthecity est constamment confronté aux questions loufoques ou embarrassantes de ses collègues. Il faut dire que des Musulmans, beaucoup n’en voient que sur TF1 et pas toujours dans une posture des plus avantageuses.

« Alors comme ça vous ne manger pas de porc?  Pourtant c’est bon le jambon. Ah vous ne savez pas ce que vous ratez!  Et pas d’alcool non plus? Même pas une petite goutte? Une larmiche? »

Alors c’est là ou vous vous autorisez une explication profane sur les dangers de l’alcool, sur les 23 000 morts que recense la France chaque année, sur le trou de la Sécu, sur les femmes battues et les vies fauchées sur la route, sur les problèmes sociaux, sur la désocialisation des alcooliques. Enfin bref, un langage compris de tous, sur un terrain purement profane.

« Mais tu sais, c’est pas avec un verre de rosé que tu vas ruiner la Sécu ou choper un cirrhose… »

Mon Dieu, aidez moi, c’est trop dur.

A chaque fête ou événement religieux, vous appréhendez les questions de vos amis et quand vient la « fête du mouton », vous devez expliquer à vos chers collègues pourquoi votre religion veut que vous décapitiez une innocente bête. Et attention à bien choisir vos mots! Evitez le très connoté « égorger » qui rappelle un peu trop les terroristes irakiens et n’optez pas non plus pour « sacrifier » associé aux offrandes d’enfants faits par les Phéniciens au Dieu Baal. Non, j’ai trouvé un mot plus doux, plus neutre : « immoler ». Pas mal et assez innocent.

Et d’abord, ce n’est pas vraiment la « fête du mouton » (on ne peut pas dire que ce soit un moment très festif pour le mouton), c’est « Layidélékébir » comme dit Claire Chazal.

Et ne vous essayez pas à une explication rationnelle de l’origine de ce rite, vous risqueriez d’aggraver votre cas. Allez donc expliquer la volonté d’Abraham de sacrifier son fils par soumission envers son Seigneur. Je vois déjà le regard terrifié de vos collègues. Non, si on vous interroge sur l’origine de cette pratique, dites comme cet homme de la génération passée qui a eu cette réflexion « Moi quand on me demande pourquoi vous tuez le mouton, et bien moi je dis que mon Dieu il nous a demandé de tuer un mouton alors je tue un mouton. »

Je vous l’ai faite sans l’accent.

Profitez donc de la curiosité de vos collègues pour leur toucher quelques mots sur l’Islam et corriger certains préjugés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.